faux_plafon_eclairage

Tout ce qu’il faut savoir sur la réalisation d’un faux plafond suspendu en dalles

Aussi bien dans le neuf qu’en rénovation, la réalisation d’un faux plafond suspendu offre de nombreux avantages. A l’issu des travaux, on s’attend à une surface plus nette du plafond. La réalisation de ce type de plafond permet également d’intégrer des luminaires encastrables tout en ayant la possibilité de dissimuler, à l’intérieur, l’ensemble du réseau électrique mais aussi de plomberie et de chauffage. Prenez notes alors car on vous montre dans cet article tout ce qu’il faut faire.

Préparer et fixer les cornières

Les travaux doivent toujours commencer par la préparation des cornières métalliques. Avant de les découper, il faut effectuer des mesures bien précises afin que vous puissiez les fixer, par la suite, sur la périphérie de la salle. Pour pouvoir joindre efficacement deux cornières dans un angle droit à la jonction de deux murs, utilisez une équerre et effectuer une découpe de 45° sur chaque bout. Il faut également s’assurer du bon niveau du faux plafond aux murs ainsi que de son horizontalité. Pour la découpe, l’utilisation d’une cisaille à tôle suffit largement étant donné que le métal est peu épais et plus ou moins tendre. Une fois que tout est prêt, il n’y aura plus qu’à fixer les cornières de périphérie. Pour ce faire, il faut avoir à votre disposition des pointes adaptées aux murs. Seulement, il faut les enfoncer à travers les trous déjà présents sur les cornières.

Installer les suspentes et poser l’ossature

Avant toute chose, marquer les points d’ancrage des suspentes en vue de pouvoir tracer, par la suite, leurs lignes d’ancrage. Pour ce faire, le plus simple serait d’utiliser un cordeau à poudre. Maintenant, il est temps de fixer les profils porteurs tout en respectant les distances indiquées dans le manuel de pose. Ensuite, visser les pitons au support après avoir percer le plafond au préalable. Veillez tout simplement que les trous réalisés soient adaptés au diamètre des pitons. Toutefois, les profils porteurs ne doivent pas se reposer directement sur les cornières mais doivent être suspendus depuis les pitons à l’aide de fils de fer. Procéder ainsi vous permettra, au final, d’installer sur le plafond plusieurs types de luminaires tels qu’un spot encastrable ou un plafonnier. Comme la qualité et la durabilité du plafond dépend de la bonne réalisation de ces deux premières étapes, alors autant s’y mettre au sérieux.

Poser les dalles en suspension

Les premières dalles doivent être posées sur les cornières. C’est en réalité la première rangée. Une fois que les dalles de cette rangée aient été posées, il faut placer une entretoise en métal qui constituera un profil secondaire. Ainsi, il faut procéder de la même manière après chaque rangée de dalles. Mais avant de finir la pose, n’oubliez pas d’effectuer tous les préparatifs nécessaires pour une éventuelle réception d’un luminaire tel qu’un plafonnier design ou autre. Au final, des ressorts de blocage doivent être mis en place entre le mur et les dernières dalles afin d’obtenir une meilleure cohésion de l’ensemble. Il est alors indispensable de prévoir un espace de réserve de quelques millimètres, avant la découpe des dernières dalles, pour pouvoir insérer les ressorts de blocage. Pour la découpe, tracez d’abord un trait de coupe puis réalisez-là à l’aide d’un cutter ou d’une scie à métaux.